Alors voilà, pour commencer ce blog, je vais vous parler de ma dernière lecture : Delirium, de Lauren Oliver
Et si rien n’était plus dangereux que l’amour?

Plus que quatre-vingt-quinze jours, et je serai enfin protégée de l’amor deliria nervosa. Après le Protocole, je serai heureuse et en sécurité. Pour toujours. C’est ce que tout le monde dit. Et je l’ai toujours cru. Jusqu’à aujourd’hui.
Car aujourd’hui, tout a changé.
Si l’amour conduit à la folie, alors je veux perdre la raison. Si l’amour est une maladie, alors je veux être contaminée. Si l’amour est la vérité, alors je préfère une seule seconde de cette vie qu’une éternité de mensonges.
   Tout d’abord, pourquoi ai-je acheté ce livre? En pleine période de blocus? Juste avant les examens? Et bien parce que j’ai beaucoup entendu parler de ce livre. Parce que sa couverture donne envie. Parce que son résumé donne envie. Je m’étais promis de ne pas le lire, ou du moins pas tout d’un coup, histoire de quand même étudier. J’ai échoué snif 😉
   Généralement, j’ai toujours un petit truc à redire, un truc qui ne me plait pas. Mais là, rien. J’ai tout simplement adoré l’écriture de Lauren Oliver. J’ai adoré les personnages, très attachants. Je suis totalement tombée accro.
   Lena, le personnage principal, est une jeune fille de presque 18 ans. Bientôt, elle passera par le protocole, qui consiste en une opération du cerveau ayant pour but de guérir de l’amor deliria nervosa, la maladie mortelle du cœur. Une fois guérie, elle fera les études qu’on lui aura assignées, elle se mariera avec un mari qu’elle n’aura pas choisi, aura un nombre d’enfants prédéterminé. Tout cela, toute sa vie, sera choisie par un jury, après l’évaluation. Mais le jour de l’évaluation, un problème survient. Les contact filles-garçon sont prohibés dans la petite vie étriquée de Lena. Mais dans la folie du moment, Lena croise le regard d’Alex, ce garçon étrange aux cheveux couleurs des feuilles du début de l’automne. Il va alors lui faire découvrir ce qu’est la vraie vie… C’est ainsi que l’on va découvrir une nouvelle Lena. Malgré sa peur de finir comme sa mère qui, rongée par l’amor deliria nervosa, malgré plusieurs protocoles, s’est suicidée, elle se laissera guider par Alex et découvrira, hésitante, apeurée mais curieuse, un nouveau monde qui la rendra plus forte et déterminée… mais le protocole approche.
   On est très vite pris dans l’histoire, et on se retrouve rapidement plongé dedans au point de ne plus pouvoir la lâcher. Les émotions nous viennent en cascade. La joie, la peine, l’amour, l’amitié, Lena porte un regard nouveau sur tout ce qui l’entoure et nous emmène avec elle. En réalité, dans mon cas, J’ETAIS Lena. Je voyais Alex avec ses yeux, je voyais la vie avec ses yeux… Je ne peux que vous conseiller ce livre, qui peut-être, comme moi, vous emmènera planer dans un monde si bien construit qu’il en semble réel. La fin, déchirante, nous met un sacré coup au cœur, nous laissant dans l’attente insoutenable de la suite… Mais ça en vaut franchement la peine ^^ 
   Voilà, pour terminer, je m’excuse si je suis un peu brouillon car c’est la 1ere fois que j’écris mon avis sur un livre, donc si vous avez des critiques constructives allez-y 😉