Samantha Kingston a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales et une cote de popularité illimitée.
Ce vendredi de février aurait donc dû être un jour parfait dans une vie parfaite. Pourtant ce vendredi de février est le dernier pour Sam.

Ou le premier ?
   Voilà. Ca y est. Je viens enfin de terminer Le dernier jour de ma vie de Lauren Oliver. Ma première impression à la sortie de ce livre est, bizarrement, une sensation de joie, de bonheur, mais aussi de tristesse et de frustration à la fois. Je ne m’attendais vraiment pas à ça.
   Au début, j’ai eu du mal à accrocher. Je trouvais ça un peu lent, pour ne pas dire sans intérêt. Mais, ayant lu de très bonnes critiques de ce roman, j’ai continué ma lecture. Et j’ai bien fait 😉
   Samantha est une jeune fille qui, à première vue, peut paraitre insupportable. Elle a une vision très tranchée de la vie : elle est populaire et belle, est admirée, a des amis et un petit ami que toutes lui envient… et pour elle, il suffit juste de se trouver du bon coté de la barrière. Elle fait partie de ces filles qui se moquent des autres, colportent des rumeurs, pourrissent la vie des autres, mais sont aimées malgré tout. C’est juste une question de chance : elle n’y peut rien après tout, si les autres ne sont pas populaires, et il est naturel de se moquer d’eux.
   Le livre commence par le jour de la mort de Sam. Du moins, le premier jour, étant donnée qu’elle va le revivre un certain nombre de fois. Au fil du livre, on découvre de plus en plus Sam. On  voit son évolution, progressivement. Son regard sur la vie évolue, et on se retrouve progressivement entrainé dans l’engrenage d’une aventure profondément humaine, nous livrant toutes les facettes de Sam. 
   Ce livre ne m’a pas déçu. Certes, je m’attendais à autre chose. Je ne sais pas à quoi exactement, mais quelque chose de très différent. Je n’arrive pas à me décider sur la façon d’interpréter la fin, qui comme je vous disais, me laisse une impression de joie. Pourtant, elle ne le devrait pas. C’est là que j’admire à nouveau l’auteur. Je pense que ce livre peut être interprété de 1000 façons différentes. Chacun le verra différemment. Mais dans cette fin de roman, Lauren Oliver parvient à raconter une scène triste en elle-même, tout en faisant ressortir le bonheur de l’héroïne. J’ai du mal à trouver les mots pour expliquer ça, mais, à la fin de ce livre, on sourit. D’un sourire triste, mais un sourire malgré tout.
   Ce livre est très touchant, et je ne peux que vous le conseiller, mais attention, il est entièrement centré sur le point de vue, la vie, les sentiments de Sam. Il n’y a pas vraiment d’action à proprement parler, je le conseillerai donc uniquement aux amateurs de ce genre, même si j’aurais bien envie de le conseiller à tout le monde car il m’a vraiment beaucoup plu ^^. Malgré ses défauts, je trouve ce livre tout simplement superbe 🙂