Cassia, 17 ans, vit dans une Société prétendument idéale qui dicte tout : les distractions, le travail, le lieu d’habitation, la nourriture, les vêtements, même la mort est programmée. Mais surtout, les Officiels organisent les mariages selon des critères de compatibilité idéale. Aussi, quand Cassia apprend qu’elle est promise à Xander, son meilleur ami depuis l’enfance, tout semble parfait ! Étrangement, c’est le visage d’un certain Ky qui apparaît sur le fichier numérique consacré à son Promis, avant que l’écran ne s’obscurcisse… Une erreur, lui dit-on ? Car Ky est issu d’une classe inférieure et n’a pas le droit de se marier. Intriguée, Cassia cherche à mieux connaître ce garçon au passé mystérieux.
   Cassia est une adolescente sans histoires. Elle a 17 ans aujourd’hui, et c’est le jour de son banquet de couplage, le jour où elle va enfin découvrir qui est son promis, celui qu’elle épousera le jour de ses 21 ans, et avec qui elle passera le reste de sa vie. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre que son promis n’est autre que son meilleur ami, le beau et merveilleux Xander. Même s’ils n’avaient osés considérer cette idée auparavant, car ils ne se pensaient pas destinés l’un à l’autre, Cassie et Xander sont heureux de cette décision. Le soir du banquet, lorsqu’ils découvrent leur promis, ils reçoivent une microcartes contenant des informations sur leur futur promis.
   Et c’est la que la situation bascule. Lorsque Cassia insère sa microcarte dans le port de communication, la photo de Xander apparait, puis disparait soudainement pour laisser place à celle d’un autre garçon, qui disparait à son tour très rapidement. Cassia connait cet autre garçon. Il s’appelle Ky et habite dans son quartier. Elle apprend alors qu’il est  classé aberration. Les aberrations ne peuvent pas être couplées. Il s’agit donc forcément d’une erreur, comme les Officiels l’expliquent à Cassia. Mais, intriguée, celle-ci va de plus en plus s’intéresser à Ky.
   J’ai beaucoup aimé ce roman. Je ne devrai peut-être pas, mais je ne peux que faire la comparaison avec Delirium de Lauren Oliver. Comme Lena, Cassia est promise à quelqu’un, mais tombe amoureuse d’un mystérieux jeune homme, qu’elle n’est pas censée aimer. Comme Alex, Ky est différent, il vient d’ailleurs. Dans les deux romans, la société décide de tout. Ils suivent donc le même fil conducteur. Mais la comparaison s’arrête là.  C’est le même type d’histoire, pourtant, je n’avais pas l’impression de lire la même chose. Les personnages sont différents, les règles de la société sont différentes. La Société de Promise contrôle leurs vies dans les moindres détails, jusqu’à leurs rêves, mais elle n’empêche pas les gens de s’aimer, contrairement à Delirium. La Société choisit qui on doit aimer, alors que dans Delirium, l’amour est interdit.
   Ce n’est pas un coup de cœur, mais ça aurait pu l’être. Je n’aurais sans doute pas du le lire aussi peu de temps après Delirium, car malgré tout, les deux histoires se ressemblent beaucoup.
   Ce roman n’est pas pour plaire aux amateurs d’action, il est doux, centré sur les sentiments et se lit facilement. On y découvre la Société, et on se retrouve vite pris au jeu de cette société. Les personnages sont attachants, touchants, et les émotions sont très bien décrites. 
   Encore un roman dont j’attends la suite avec impatience, suite qui ne sortira malheureusement qu’en 2012, mais qui promet d’être très intéressante, étant donné la fin du roman, mais là, je n’en dirai pas plus 😉